Archive for the ‘France’ Category

Author : Philippe Sauret

Source : http://www.gazettegreenwood.net/doc/bluesfrance/index.htm

(see also : http://zydecoland.jimdo.com/)

________________________________________________________

Paris, 1900, Exposition Universelle, pavillon américain :  sous la baguette de John Philip Sousa, les cuivres du brass band entonnent un air au rythme syncopé, étranger aux oreilles des Français de l’époque.  S’il y avait déjà eu des musiques américaines en Angleterre (les Fisk Jubilee Singers, groupe de negro-spiritual qui se produisit à Liverpool en 1873), ce Cakewalk que joua l’orchestre est sans doute le premier du genre à résonner en France. Le succès fut immédiat.

Que ce soit un orchestre militaire composé de blancs qui ait introduit la première musique syncopée en France peut étonner si on ne connaît pas les incessants échanges musicaux qui existaient à cette époque entre les différentes communautés américaines. Le cakewalk, danse créée par les esclaves des plantations (le meilleur danseur étant récompensé par une part de gâteau…), fut donc repris par les minstrels shows blancs et noirs, puis par les orchestres de marches militaires qui intégrèrent le rythme si particulier des danses « éthiopiennes » (par ce mot, on entendait à l’époque « rythmes africains »). C’est pourquoi les pom-poms girls américaines qui défilent avec une fanfare semblent si gracieuses par rapport à nos majorettes du 14 juillet, au pas éléphantesque…

Mais l’aboutissement du cakewalk fut la naissance du ragtime (premier ragtime publié en 1897), musique noire-américaine écrite et structurée qui devançait et allait tant influencer le blues et le jazz. Le ragtime fut à son tour « rejoué » par les orchestres blancs et arriva donc rapidement en Europe. Le succès fut immédiat, et on vit même des compositeurs français se lancer dans ce style : Claude Debussy (le Petit Nègre qui devait aboutir à Golliwog’s Cake-Walk en 1908), Erik Satie (Le Piccadilly, 1904). Le Ragtime remporta  vite un succès colossal dans les cabarets, et en 1920, on pouvait entendre Mistinguett (chanteuse de music-hall classée dans les  hystériques : « A cause de toi, la Miss, la moitié des autruches d’Australie se promènent le cul à l’air ») chanter  Cak-Walk-Irie :

 
Dans la France
Chacun danse
En cadence
Et furie
C’est stupide
Insipide,
C’est de la Cak – walk – i – rie.

Des nègr’s
C’est la bamboula
Très vieille méthode
Qu’on a su remettre à la mode
Des nègr’s c’est la bamboula
Le Cak – Walk n’est autre chos’ que cela

(CAK – WALK – IRIE Chansonnette
Musique de F. Chaudoir, Paroles de E. Sérard)

CONTINUE READING HERE

____________________________________________________________